blog abonnieren

les traumatismes cranio-cérébraux au naturheilzentrum bottrop
par  15.02.2020 (commentaires : 0)

thème du blog du naturheilzentrum bottrop: les traumatismes cranio-cérébraux - brigitte köpge raconte sa vie après l’accident de son fils

"on se comprend sans avoir besoin de parler" – depuis qu’il a eu un accident de la route grave, christian souffre aujourd’hui encore des conséquences d’un traumatisme cranio-cérébral sévère

bonjour, je m‘appelle brigitte köpge. je suis une mère, une épouse, une femme au foyer et une retraitée. je vis sous le même toit que mon mari et maintenant à nouveau avec notre fils christian dans l’arrondissement de lahn-dill dans la hesse. mon histoire commence par un beau jour de printemps. je m’en souviens comme si c’était hier. mon mari et moi avions rendez-vous avec des amis au bord du lac voisin où l’on devait fêter le début de la belle saison. notre fils christian devait aller à wetzlar avec des amis. ils venaient d’avoir leur permis de conduire. bien sûr, ils étaient très attirés par le salon automobile et les courses de kart.

mais ce mois d’avril 2003, qui avait si bien commencé, allait complètement changer la vie de toute notre famille. rien ne serait jamais plus comme avant. christian et ses amis ont eu un accident sur la route de wetzlar. dans une partie du bois que j’avais traversée pendant des années pour me rendre au travail. matin et soir. un trajet magnifique. de la forêt, des virages en lacet, surtout au printemps. l’ombre et la lumière se succédaient en permanence.

thème du blog du naturheilzentrum bottrop: tcc (traumatisme cranio-cérébrauxsht)

mais ce jour-là, cette route devint un mauvais présage. six arbres sont tombés, Personne ne sait pourquoi. un de ces arbres a atterri sur la voiture de notre fils. nous avons appris l’accident alors que nous étions au bord du lac, nous sommes partis immédiatement. sur les lieux de l’accident, la police et les ambulanciers avaient déjà barré une grande portion de la route à notre arrivée. on nous dit que les garçons avaient été transportés dans les cliniques spécialisées des environs en hélicoptère. je me souviens de ce sentiment d’impuissance que j’ai ressenti à ce moment-là. désespérés, nous avons attendu d’avoir d’autres informations. les secours avaient une mine grave mais Personne ne nous disait rien. nous nous attendions au pire.

à l’hôpital, notre enfant avait l’air de dormir paisiblement

christian avait été transporté dans la clinique de traumatologie de francfort. sur tout le trajet, j’ai prié ; pourvu qu’il vive encore, pourvu qu’il soit entre de bonnes mains. une fois arrivés à la clinique, on nous a informés que notre fils vivait, il était en salle d’opération. on devait utiliser une sonde pour traiter la grosseur dans son cerveau. la première fois que nous l’avons vu après l’opération, je me suis dit : bon, le pire est derrière lui. à part une petite éraflure au menton et un lobe déchiré, il n’avait pas du tout l’air blessé. il avait l’air de dormir paisiblement. les premiers jours sont passé dans une espèce d’état de choc, nous avons vécu en pilote automatique.

état végétatif après un traumatisme cranio-cérébraux - syndrome apallique

nous sommes allés à la clinique à francfort tous les jours, nous avons notifié l’employeur de christian, nous avons annulé nos projets de vacances, nous avons essayé d’organiser notre vie quotidienne. et les nouvelles que l’on nous donnait sur l’état de santé de chris étaient pires de jour en jour. pendant trois semaines, notre fils était en danger grave de mort. je n’ai commencé à comprendre la situation que lorsqu’un médecin nous proposa de parler du don d’organes. tout à coup, j’ai réalisé ce qui se passait, ça m’est tombé dessus comme la foudre. notre vie ne serait plus jamais la même. nous avons mis longtemps à retrouver un rythme de vie. chris est resté quatre mois à la clinique de francfort. tout ce temps, je m’y suis rendue tous les jours; mon mari ne pouvait venir que le week-end à cause de son travail. et à la maison, je devais encore m’occuper de ma mère dépendante.

une fois rentré à la maison, christian a enfin pu se reposer

puis un jour, les médecins nous ont dit que l’état de christian n’était plus critique. il n’y avait plus rien que la clinique puisse faire pour lui et pour son traumatisme cranio-cérébral (tcc). un nouveau coup dur.

la rééducation, comme nous le souhaitions, eut lieu à braunfels. c’était beaucoup plus facile pour moi de m’y rendre. mais pour christian, ça n’était pas un bon endroit. il avait des crampes, il se sentait mal, il avait tout le temps des infections urinaires, il ouvrait à peine les yeux. et les thérapeutes qui y travaillaient n’eurent bientôt eux aussi que des choses négatives à nous dire. chris était arrivé dans le centre de rééducation dans des conditions très favorables, mais il faisait très peu de progrès depuis, voire aucun.

blog du naturheilzentrum bottrop: les traumtismes cranio cérébraux

au bon d’un certain temps, la caisse d’assurance maladie a arrêté de payer pour la rééducation. on nous expliqua que nous devions chercher une place pour notre fils dans un hospice. mais c’était hors de question pour mon mari comme pour moi. chris adorait notre village, il était toujours content de rentrer à la maison à la fin des vacances. comment aurions-nous pu lui refuser de rentrer chez lui ? en quelques jours, nous avons aménagé la maison pour l’emménagement de christian. nous avons dû y faire une percée, sinon notre fils n’aurait tout simplement pas pu rentrer dans la maison. on ne pouvait jusqu’alors accéder à sa chambre qu’en montant des escaliers.

le 15 décembre, chris est rentré à la maison. on a vraiment senti qu’il pouvait enfin souffler. tout de suite, il était plus éveillé, il riait et il affichait un air radieux quand j’entrais dans sa chambre le matin. sa joie de vivre est restée la même, jusqu’à aujourd’hui. quand mon mari rentre à la maison le soir, christian le reconnaît à ses pas. c’est le début de son moment préféré de la journée. il sort du lit, il peut être dans son fauteuil roulant pour un moment. je n’y arrive pas toute seule.

assister ensemble au coucher de soleil malgré le syndrome apallique (état végétatif persistant)

nous passons beaucoup de temps avec notre fils, notre vie de famille se joue dans la chambre de chris. en été, nous avons un endroit dans le jardin depuis lequel nous pouvons assister ensemble au coucher de soleil. chris écoute nos conversations, il profite du grand air. nous sommes heureux de l’avoir parmi nous. mais j’ai peur, aussi. peur de la vie qui nous attend quand mon mari et moi ne pourront plus nous permettre de payer pour les soins de chris.

traitement en naturheilzentrum bottrop

les thérapeutes du naturheilzentrum bottrop me disent à chaque fois que nous venons : madame köpge, vous devez prendre soin de vous. franchement, je trouve ça difficile. mais je sais que pour le bien de chris, je dois apprendre à économiser mon énergie. quatre jours par semaine, notre fils bénéficie d’un traitement thérapeutique. il reçoit des traitements physiothérapeutiques et ergothérapeutiques. une fois par semaine, une orthophoniste vient travailler avec lui. et depuis 2005, nous allons une fois par an au centre de médecine complémentaire de bottrop au cœur de la ruhr.

c’est à la télévision que j’ai découvert le travail des naturopathes farid zitoun et christian rüger et le nabo. dans cette émission, il était question d’un patient ayant une histoire similaire à celle de chris, et j‘ai absolument voulu entrer en contact avec ses proches. puis nous sommes allés nous-même à bottrop. dès le début, les séjours thérapeutiques ont fait du bien à chris. on avait l’impression qu’il savait où on allait dès qu’on entrait dans l’ascenseur. il reconnaît les odeurs et il y aime l’ambiance si particulière. les Personnes qui y travaillent, les autres patients dans la salle de séjour. et ce alors même qu’on le pique de partout, et qu’il ressent la douleur.

le mieux, c’est le sentiment de normalité – enfin avoir de bonnes expériences à nouveau

le traitement de chris comprend entre autres des séances d’acuponcture et de la chromathérapie pendant nos séjours à bottrop. et pour moi aussi, ces voyages en rhénanie du nord – westphalie sont devenus une occasion de recharger mes batteries à l’aide de la naturopathie. de la même manière que je m’occupe de chris, on s’occupe de moi à bottrop. au début, j’ai eu du mal à l’accepter. mais maintenant, j’ai appris à réellement apprécier ces soins, cette chaleur. et je peux discuter avec les autres familles qui attendent leurs proches dans la salle de séjour. c’est intéressant de voir comment les autres vivent avec les problèmes auxquels sont confrontés tous les proches d’une Personne nécessitant des soins à un moment ou un autre. il s’agit par exemple de faire la demande d’accessoires de soins, comme un lit vertical ou autre. nous en avons reçu un pour chris. mais pour moi, le mieux, c’est ce sentiment de normalité qui me gagne au nabo. ici, notre fauteuil roulant n’est rien d’extraordinaire, nous sommes une famille parmi bien d’autres. nous ne sommes pas les gens bizarres qui attirent tous les regards.

les traumatismes cranio-cérébraux:  expérience dans le naturheilzentrum bottrop

nous devons simplement bien écouter

notre vie n’est plus insouciante comme autrefois. je mentirais si je disais ça. mais notre famille est ressortie grandie de l’accident de chris. ça nous a rapprochés. je suis reconnaissante pour l’aide qu’on me prodigue, mon mari, ma fille, les petits-enfants. mais parfois, j’aimerais que mon entourage fasse preuve d’un peu plus de sensibilité. à l’égard de nos besoins réels. je n’aime pas laisser chris seul, nous n’avons plus besoin de sortir le soir, nous n’avons plus besoin de partir en vacances pour être heureux. mais si on me rapportait quelque chose du supermarché de temps en temps, ça ma simplifierait souvent nettement la vie.

chris ne sera plus jamais le jeune Homme qu’il était autrefois. cet accident a mis fin à sa vie. il est encore parmi nous, mais ça n’est plus le chris d’antan. il vit une autre vie. mais il a des sentiments.  il ressent la joie et la douleur – tout comme nous. il reconnaît ses proches, il aime sa sœur, il réagit à nos voix et il fait des bruits qui nous disent ce qu’il ressent. nous devons simplement bien écouter.

au naturheilzentrum bottrop, on ne nous donne pas de faux espoir pour un rétablissement complet. mais je considère que le travail des thérapeutes est important, qu’ils font preuve d’une grande attention et que cela fait du bien à chris. il est plus détendu, plus éveillé, il participe plus à la vie.

la vie n’est pas toujours rose. il y a des nuits où nous ne pouvons pas fermer l’œil, des jours où chris ne me sourit pas. notre vie n’est pas facile. là aussi, je mentirais en disant ça. mais nous ne voudrions pour rien au monde vivre sans chris. il nous donne tant, nous sommes si proches tous les deux, que nous nous comprenons sans parler. il le sent quand je ne vais pas bien, et je n’ai qu’à regarder mon fils pour savoir ce qu’il ressent. nous nous comprenons d’une manière tout à fait différente qu’avant. mais ça fonctionne. et j’espère que ça fonctionnera longtemps.

avez-vous vécu quelque chose de semblable ? je serais heureuse de vous lire.

à propos de l'auteur

gastautorin brigitte köpge

auteur invitée köpge

... est une épouse, mère de deux enfants, femme au foyer et retraitée. sa vie a changé du jour au lendemain en 2003, lorsque son fils christian subit un traumatisme cranio-cérébral lors d’un accident de la route.

Retour

Ajouter un commentaire

blog nabo | naturheilzentrum bottrop

la communication dans le respect

l'équipe nabo invite à échanger les expériences, les articles et les avis dans le blog via la fonction de commentaire. l'échange doit être libre, ouvert et amical. veuillez écrire vos commentaires toujours avec respect et en rapport avec le thème même si vous ne partagez pas l'avis exprimé dans les autres articles. la possibilité d'écrire des commentaires sur les articles de blog se rapporte exclusivement aux thèmes qui y sont traités. en cas de questions particulières sur des thérapies ou des pathologies individuelles et en cas de remarque concernant le naturheilzentrum bottrop, entrez en contact avec nous ou écrivez-nous

*veuillez observer nos informations générales sur les thérapies que nous proposons.

contact

une bonne relation

le charme de l´unicité du naturheilzentrum bottrop : distances courtes, experts compétents assurant un contact direct, disponibilité personnelle, éloquence et complaisance, fiabilité convaincante, transparence et attention.

contact